Système éducatif marocain: doit-on continuer de désespérer?

ÉDUCATION – Nelson Mandela affirmait: “L’éducation est l’arme la plus puissante pour changer le monde”. Voilà pourquoi aujourd’hui l’accès à l’école est un enjeu politique de premier rang. Voilà pourquoi nos hommes politiques marocains ne savent qu’échouer sur ce plan. Voilà pourquoi notre corps éducatif ne sait que s’apitoyer sur son sort. Parce que d’aucun n’a l’ambition de changer le Maroc ni la face du monde.

J’écris après avoir visionné une vidéo que je décrirais comme choquante, celle de l’adolescente au visage porcelaine, du nord du Maroc, dénonçant l’état de délabrement dans lequel se trouve son école et l’inaction coupable des autorités locales et du Caid. Elle crie son désarroi face à l’injustice dont ses camarades et elle-même sont victimes et nous raconte comment deux élèves ont été piqués par des insectes venimeux et sauvés in-extremis par leurs maîtres. L’école est aussi filmée, un bâtiment où aucun de ceux qui liront cet article ne mettraient les pieds, ni pour s’abriter de la pluie et du vent glacial de la région, ni pour soulager leurs vessies puisque nous apprenons que les toilettes font grève.

Et l’ubuesque n’étant jamais très loin au Maroc, nous comprenons rapidement que l’école est implantée en plein milieu d’un champ d’éoliennes, ce qui empêche les élèves et leurs professeurs de s’entendre. Il y a de quoi s’interroger sur le bon sens de nos décideurs. En somme, bons points pour la COP22 et bonnet d’âne pour l’éducation !

Un ami à qui j’ai partagé cette vidéo se disait triste mais pas surpris. Il en a vu d’autres. Moi, j’étais en colère. En réalité, je me refuse à la tristesse, je me refuse à la résignation, je refuse de m’y habituer et je refuse de l’accepter comme une fatalité des Dieux. Cette jeune fille a droit à la meilleure éducation qui soit et il n’y a à cela aucun doute dans mon esprit.

Ceci m’interroge davantage sur ce qui nous lie, nous citoyens marocains. Reste-t-il le moindre soupçon de contrat social dans ce pays? Un contrat implicite qui définirait notre vie en communauté, sous le même drapeau. Un contrat où …

La suite sur : http://www.huffpostmaghreb.com/hajar-el-hanafi/systeme-educatif-marocain-doit-on-continuer-de-desesperer_b_15056440.html